Graffitis de Ménilmontant au quartier du Marais.

Graffiti de l’artiste Kashink à Ménilmontant. Photo Lavieenrouge.

Lorsque j’ai séjourné au Mama Shelter, j’ai découvert le quartier de Ménilmontant, dont le cimetière du Père Lachaise.

La promenade dans le cimetière du Père Lachaise est reposante, on va dire.

Collage dans le quartier du Marais. Sardine Animale. Photo Lavieenrouge.

Dans ce quartier j’ai photographié des graffitis, surtout en descendant la rue du Chemin Vert, rue qui m’a conduit dans le quartier du Marais. C’est d’ailleurs dans le Marais qu’il y a 3 ans j’ai photographié mes premiers graffitis dans les rues de Paris.

Graffiti de Fafi, collage Space Invader, près de la rue du Chemin Vert. Photo Lavieenrouge.

La vue de la terrasse du Mama Shelter sur la vieille voie ferrée. Photo Lavieenrouge.

Graffiti près du Mama Shelter. Photo Lavieenrouge.

Collage Léo & Pipo.

Je dois ajouter, qu’autant j’aime le graffiti, le collage, autant je déteste le tag. Le tag sans talent qui envahit tout, les murs, les volets des magasins, les pignons des immeubles, les trottoirs, les murs du métro et même les véhicules, ça m’agresse, ça enlaidit Paris.

Pas loin du cimetière du Père Lachaise. Photo Lavieenrouge.

3 thoughts on “Graffitis de Ménilmontant au quartier du Marais.

  1. Je passais vraiment par hasard et je ne reste pas longtemps, je vous rassure.

    En général, je ne fréquente pas ce genre de coin un peu branchouille du web. Par contre, je suis un indigène de la porte de bagnolet, un indigène qui a fait des études mais un indigène tout de même et comme la plupart des habitants de ce quartier populaire de paris j’ai regardé avec beaucoup d’étonnement et d’agacement ce temple bobo s’installer dans notre quartier.
    Et j’aimerais vraiment savoir c’est quoi le truc ? C’est vrai que ça vous fait tripper ? Un petit bunker avec vue sur les graphittis et les herbes folles de la petite ceinture, la proximité de l’indigène souvent basané d’ailleurs comme moi, vaguement menaçant ? Je me demande parfois si ces personnes étranges qui descendent de grosses voitures avec vitres teintées ne se prennent pas un peu pour des aventuriers en plein safari.

    Je me prends parfois à espérer, si ça pète un jour dans le coin avec toute la misère, le chômage, les provocations policières, si on ne pourrait pas leur en donner pour leur argent avec quelques berlines brûlées et quelques sacs arrachés ? Brrrr…

    Et pour info, l’art de rue, l’art rebelle, le vrai celui fait par les poêtes de la rue souvent prolos d’ailleurs et rarement bobos , c’est bien plus proche des graffitis (oui des graffitis même si on peut aussi dire tags) que vous avez photographié sur le camion que des pochoirs et collages que vous semblez préférer. C’est pas que j’aime pas ces trucs, je suis un peu plus ouvert que vous, je ne me sens pas agressé par ces trucs que vous aimez et je ne vais pas décréter que les gens qui font ça n’ont pas de talent mais je trouve ça moins parlant.
    Les quartiers popus de Paris comme tous les quartiers popus du monde ont un langage, une musique, des visages et les graffitis en sont l’une de leurs nombreuses expressions, ce que ne sont pas vraiment ou en tout cas beaucoup moins les collages que vous semblez préférer.

    Sans rancune
    Et la prochaine fois que vous descendez au mama schelter, promenez vous un peu dans le quartier. C’est pas design certes mais ça vous permettra de sortir un peu de votre milieu.

    Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s