Décembre et le temps du cocooning.

Lampe Droog Design.Chris Kabel.

En décembre j’ai du mal à me lever tôt. Je dors jusqu’à dix heures et encore! parce que le réveil sonne. Sinon je crois que j’irais bien jusqu’à midi trente.

Peut-être plus.

J’ai des comptes à rendre à quelqu’un?

Non.

Une fois par semaine, après mon petit déjeuner, sur les coups de dix heures trente, je retourne dans mon lit. Je ferme les rideaux de mon lit à baldaquin et je me plonge dans la lecture du roman en cours.

Dans le silence.

C’est le seul moment silencieux de la journée.

Je pense que la journée va se dérouler sans maquillage, sans un lave vaisselle à vider, sans ordinateur, sans la radio, sans les info, sans la TV.

Ben non.

Jamais.

Alors je me dis, que cette petite heure passée dans le silence, à lire dans mon lit à baldaquin, les rideaux fermés sur la superficie de ma chambre et sur le monde, c’est peut-être ça le bonheur, parce que pour le reste, ça n’en vaut pas forcément la peine.

Quoique.

Si le lave vaisselle n’est pas vidé, il faut laver la nouvelle vaisselle sale à la main, et ça c’est pas cool.

Mais j’ai des gants.

Hier j’ai quand même essayé de laver une grande enveloppe de couette blanche à la main.

La machine à laver avait rendu l’âme.

Alors Bernik et moi on s’est dit qu’on en avait assez de cette société de consommation. D’ailleurs j’ai entendu quelqu’un dire à la radio  “assez d’acheter chinois, assez d’acheter deux fois”

Bernik, qui compte en franc depuis deux mois, a démonté la machine à laver pour voir ce qu’elle avait dans le ventre.

En retirant la seconde visse, pffffff la visse est tombée dans le moteur.

Problème.

Parfois mieux vaut retourner au lit, je vous le dis.

Et puis en brutalisant un peu le bouton qui ne faisait plus crac crac onze fois, soit l’équivalent de onze programmes de lavage, celui -ci a recommencé à faire crac crac.

Comme quoi la brutalité, ça a du bon.

La machine est redevenue vivante.

De quoi laver l’enveloppe de couette blanche à la machine et de retourner au lit, lire dans le lit à baldaquin les rideaux fermés sur le monde.

8 thoughts on “Décembre et le temps du cocooning.

  1. Aujourd’hui c’est jour de chance… Je flane… Et ô joie bonheur… Rien ni personne ne sont venus troubler le bullage dans le bulles de bain moussant à la Lavande.

    Like

  2. J’ai longtemps connu ce grand bonheur mais plus au programme pour les 3 ou 4 dernières années ! Je crois que je vais en profiter pour économiser pour m’acheter des aussi beaux draps que toi !

    Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s