Vacances en Grèce, c’est raisonnable ou pas?

Photo Miki Badt.

Comme tous les ans je passe mes vacances dans ma douce France. Plus précisément sur les hauteurs de Cannes et à Paris.

J’adore Paris de plus en plus et j’ai même tiré un trait sur New York et Londres.

Ailleurs aussi.

Cela dit, lorsque je découvre la situation de nos amis grecs, je suis sidérée. Et si ça nous arrivait?

Fort heureusement je suis française et je me demande si La  solution ne serait pas de privilégier la Grèce comme destination vacances. Pour leur donner un coup de main.

La Grèce  fût ma première destination hors zone. Sur mon premier blog j’avais rédigé un article sur mes vacances en Grèce, des vacances comment dire, un peu contrariées.

Spa en Crête.

Nous étions dans la naïveté de nos vingt ans et nous avions décidé de partir un mois en Grèce pour faire le Péloponnèse à vélo. Un beau programme mais juste avant l’atterrissage, quel étonnement! la Grèce:  un pays montagneux.

D’où l’intérêt de lire les brochures que nous n’avions pas voulu lire avant de partir. A cet âge nous croyions tout connaître, tout savoir.

Alors on a fait le Péloponnèse en stop. Première destination: Corinthe.

Le gérant du camping m’ayant fait un geste obscène dès notre arrivée, nous nous réfugiâmes dans un hôtel quatre étoiles qui nous bouffa le quart de nos économies et ceci dès le second jour de notre séjour hellénistique.

Dans un camping de Nauplie nous avions essayé de couler des jours heureux  mais très vite on a crevé de faim parce qu’au village ils vendaient surtout des produits d’entretien.

Non le Cif ne remplace pas la mayonnaise, sinon ça se saurait.

Santorin.

L’un des nôtres fit une allergie à la crème Nivéa et heureusement que l’on pu compter sur notre voisin allemand. Pourtant la veille nous avions dit du mal de lui. Nous pensions qu’il était psychotique alors qu’en fait il était infirmier dans un hôpital psychiatrique en Allemagne.

La méprise!

Je voulais voir la Grèce comme celle que l’on voit sur les cartes postales: Paros, Mykonos,Craignos.

Avant d’embarquer pour Mykonos nous avions séjourné dans un camping très fréquenté par la secte Les Enfants de Dieu. En même temps comme ils faisaient des concerts gratuits tous les soirs, nous étions d’un certain point de vue gagnants .

Arrivés à Mykonos par une nuit sans lune ce qui nous avait complètement déboussolés, nous avions déambulés une bonne partie de la nuit comme de pauvres glaises informes sur l’île, avant de trouver notre point de chute, à savoir le camping.

Nous aurions pu nous faire violer ou quelque chose comme ça.

Dans la nuit noire et hostile j’ai éclaté en sanglot.

Thalasso en Grèce.

Très vite nous avions ressenti comme un mauvais pressentiment. A Mykonos quelque chose ne tournait pas rond ! Tous ces hommes déguisés en femmes…

Il y avait tellement de vent sur cette île, que mes boucles made in Camille Albane étaient devenues raides comme la justice. De plus dans ce salon de coiffure j’ai failli mourir électrocutée.

Nous avions aussi failli mourir noyés en faisant la traversée  Mykonos / Delos. Sur le bateau malmené par une mer abominablement déchainée je m’accrochais désespérément au cou d’un passager, en poussant des hurlements pendant que ma voisine dégueulait par dessus bord.

Et puis les choses se sont dégradées.

Des gens mal attentionnés nous volèrent une partie de notre argent, planqué sous notre tente de camping, et ceci pendant que nous nous promenions sur la colline!

Au poste de police, comme nous nous étions moqués d’eux parce qu’ils ne savaient pas parler anglais comme ils le prétendaient, ça a failli dégénérer.

Au Piré, mal inspirée, je bronzais tous les matins seins nus sur la plage, ce qui était interdit, mais depuis de début du séjour je flirtais avec la gourance donc j’ai attiré des pâtres grecques, des Apollons et de vieux Socrate dégoûtants, tandis que l’un des nôtres, celui qui avait perdu ses papiers, faisait des pieds et des mains au consulat de France, pour obtenir son laisser passer afin de quitter le territoire.

A la fin du mois nous étions à bout.
Fuck la Grèce!

A mon retour, j’ai pris la mouche parce que ma grand-mère m’avait dit que je n’étais pas jolie parce que j’étais trop bronzée.

Cette année là je me suis dit” la Grèce? plus jamais!”

2 thoughts on “Vacances en Grèce, c’est raisonnable ou pas?

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s