Je suis locavore deux fois par semaine.

Photo via Pinterest.

Non pas pour faire genre.

C’est arrivé comme ça, comme on porte des espadrilles en été.

Pour tout vous dire, parfois j’ai la flemme d’aller faire mes courses dans un supermarché. Pourtant celui que je fréquente est proche de la plage, mais souvent pas envie de prendre ma voiture.

Alors avec mon petit panier sous mon bras  je vais au marché, marché qui se situe à 200 mètres de chez moi.

Dans mon panier on ne trouve jamais de fraises. Souvent trop chères et il faut ajouter du sucre.

Finalement je préfère le yaourt à la fraise.

Au marché je suis surtout attirée par les produits de la mer (huîtres, moules, poissons) Ensuite je passe presque toujours chez le marchand de crêpes.

Les crêpes sont faites devant le client et elles sont divinement bonnes. Une vraie tuerie.

Je vais toujours chez mon marchand de pommes. Les gens sont complètement hystériques chez ce marchand. Peut-être parce que les vendeuses et les vendeurs sont mignons, ou parce qu’ils nous offrent quelques pommes en sus pour découvrir certaines variétés. En face du marchand de pommes, je glisse dans mon panier des radis, des pommes de terre ou un chou-fleur. je devrais penser aux artichauts, tiens;

Dans mon petit panier, que des produits de ma région. En ce moment je vais aussi pêcher mes bigorneaux.

C’est ça être locavore.

Les produits doivent être issus ou cultivés dans un rayon de 150 à 200 km.

Pas plus.

Depuis que je mange, locavore j’ai beaucoup moins de déchets. Je n’accepte des sacs en plastique que pour les produits de la mer. Jamais pour les légumes. Je réalise aussi des économies parce que lorsque je consomme essentiellement dans un supermarché mon budget est en hausse de 50 à 30%.

Mais je ne peux pas pousser ce divertissement très souvent, puisque je ne peux pas me passer de café, de thé, de sucre, d’agrumes, de certains fromages, de confitures, de biscuits et de CHOCOLAT!

Cependant depuis que je suis locavore deux fois par semaine j’ai l’impression de manger plus sainement et je rends hommage aux produits de ma région et à ceux qui en vivent.

Un soir j’ai eu l’impression de me nourrir comme l’une de mes aïeules qui ne mangeait jamais de conserves, ni de surgelés mais qui adorait les crêpes et les huîtres.

France 5 a présenté il y a quelques semaines le défi locavore de cinq familles toulousaines dans l’émission 200 km à la ronde.

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s