J’ignorais que j’adorais le patchouli.

robe andre_courreges-

Robe André Courrèges.

Le mercredi après-midi je fouillais dans les affaires de ma mère.

Je me posais des pas mal de questions comme, pourquoi les rouges à lèvres sont-ils pointus lorsqu’ils sont tout neufs? Je me trouvais horrible avec les lèvres peintes en rouge et du fond de teint Bourgeois beige foncé et mon petit frère qui marchait avec les escarpins de ma mère se cassait la gueule dans le couloir.

Bref on s’amusait bien.

dresses andre_courreges-

Courrèges.

Et puis un jour j’ai plongé mon nez dans un petit flacon d’Empreinte de Courrèges. Un parfum que ma mère n’aimait pas trop alors je me le suis approprié.

Je l’aime pour toujours.

Les autres parfums que j’ai essayé n’arrivent pas à s’intégrer dans mon histoire. J’aime Empreinte même si je ne l’achète plus.

De temps en temps des agences de presse m’offrent une nouvelle fragance mais le jus du flacon doré surmonté d’un bouchon rond c’est pour moi du souvenir d’enfance concentré.

Lors de mon dernier séjour à Paris j’ai eu envie de me faire un pschitt d’Empreinte. Un directeur commercial qui se trouvait sur le stand voulait me faire découvrir Blanc mais moi je ne voulais pas.

Grande stupéfaction lorsqu’il m’a dit qu’Empreinte était à nouveau commercialisé après son retrait pendant une dizaine d’années.

Empreinte n’existait plus et je ne le savais même pas!

Mon souvenir d’enfance concentré aurait pu être perdu à jamais. Je n’ai pas acheté l’ivresse du flacon mais j’ai plongé mon nez dans mon snood pendant toute la soirée. Partiellement anosmique depuis deux décennies je ne suis pas capable de sentir ce que les gens normaux sentent, sauf si je suis bien shootée à des molécules qui ne sont d’ailleurs plus remboursées par la sécurité sociale.

Au fait comment vit on lorsque l’on a pas d’odorat? Et bien on fait marcher sa mémoire olfactive. On peut aussi mettre le feu dans son appartement sans s’en rendre compte puisque l’on ne sent rien.

stock-illustration-3337262-flower-power

Via Istockphoto.

 

Lorsque le directeur commercial m’a dit qu’Empreinte contenait du patchouli, j’ai été surprise, parce que ce mot m’évoquent mai 68, Peace and Love, Katmandou, bref un univers pas assez bourgeois pop comme j’aime.

Hier j’avais retrouvé partiellement l’odorat. Je me suis un pschitt de Mix M d’Ulric de Varens. Pendant toute la journée j’ai pensé d’une façon obsédante à ma visite au stand Courrèges des Galeries Lafayettes et au flacon Empreinte de Courrèges mais je ne savais pas pourquoi. Jusqu’au moment ou j’ai lu ce qui était écrit sur le flacon bleu: patchouli.

Oui j’aime le patchouli et je ne le savais pas. Le patchouli c’est l’un des composants de la note de fond du célèbre parfum d’André Courrèges.

Voir aussi un site sympa sur la critique du parfum.http://www.lecritiquedeparfum.com/

One thought on “J’ignorais que j’adorais le patchouli.

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s