Le sport et moi, ou comment je pars en kit.

 

Alanna Cavanagh. ajpgAlanna Cavanagh.

Vendredi, mon voisin le dandy m’a fait part de sa vive inquiétude ” mardi je pensais avoir un cancer à l’estomac, mais finalement c’est juste un problème de colonne vertébrale qui menace de se casser en deux” me dit-il.

On a bien rigolé.

Ce jour là j’étais au top. Je portais des Desert boot ce qui signifie que je suis en mode speed.Toute la semaine j’ai eu une belle énergie, je dois le préciser.

A cette heure ou je rédige cet article je suis alitée.

MügluckDepuis quand mon corps ressemble à un meuble Ikea dont on aurait perdu un écrou moleté? Depuis juillet 2013, date à laquelle j’ai décidé de remettre le turbo en ce qui concerne mon entrainement golf et d’arrêter la cortisone.

Quelques jours plus tard, pluie = pas de golf = piscine = je me suis retrouvée clouée au lit après avoir nagé un peu trop longtemps le dos crawlé. Je pouvais lever les bras latéralement mais pas horizontalement.

Lorsque j’ai pu lever les bras à l’horizontale (on ne pense pas assez souvent que les gestes simples que l’on ne peut plus faire sont très pénalisants) j’ai décidé de suivre des cours d’aquagym sur la plage. Histoire aussi de rencontrer des dames plus jeunes que celles que je rencontre au golf.

Lorsque j’ai vu toutes les séniors, séniors+ et séniors++ se fendrent dans les vagues, je me suis dit que la vie ce n’était pas ce que je croyais. Il me semble que plus les gens vieillissent plus ils aiment la vie.

1924J’ai tellement aimé l’ambiance de l’aquagym sous le soleil de midi, que je me suis ruée sur les cours de zumba. Lorsque j’étais petite, sur cette même plage, j’aimais beaucoup danser. Mais ma mère bridait trop le petit rat de l’opéra qui sommeillait en moi. Elle me demandait de ne pas faire mon extravagante.

Comme un et un font deux, la zumba ce n’est pas pour moi, parce que je n’arrive pas à faire la différence entre ma gauche et ma droite (j’ai dû passer 10 fois mon permis de conduire que je raconte ) alors ma participation au cours fou un peu le bordel. Je pars à droite lorsqu’il faut aller à gauche et vice et versa.

Dans la même période j’ai commencé à avoir un peu mal à la cheville gauche.

Alors j’ai nagé, nagé, nagé le long d’une plage qui n’existait pas il y a quelques années.

A la rentrée, je me suis rendue compte que, pas de cortisone = douleurs à la cheville et aux genoux. J’avais donc vécu dopée pendant des années et je ne le savais pas. J’ai différé mes ambitions golf et j’ai découvert la cueillette des châtaignes sur le trou numéro 17. Quelques semaines plus tard à nouveau dopée, j’ai repris l’entrainement golf, notamment les coups pitchés. Je me suis même fixée l’objectif HCP12. Je sais que je peux le faire. Mais? je me suis coincée l’épaule droite.

Infiltration+ cachetons de cortisone = la vie est belle.

Lorsque la bise fût venue, j’ai rangé mes clubs de golf et je me suis achetée un nouveau maillot pour la piscine. Quatre à six heures de natation par semaine et un corps affûté grâce à une alimentation équilibrée. Yep!

J’ai confié ma tendinite à un kiné qui porte une natte jusqu’au creux des reins. En attendant j’ai eu une nouvelle ambition sportive: nager le crawl parfaitement pendant quarante cinq minutes. J’ai fait l’acquisition d’un tuba pour mieux contrôler ma flottaison. Un tuba jaune assorti à la couleur de mes palmes. Le tuba reste au fond du sac puisque je me suis fait une déchirure en nageant tranquillement la brasse.

LavieenrougeEt puis le printemps est arrivé. Ma tendinite a pris congé et comme je ne peux pas nager à cause de ma déchirure, je suis partie courir le long de la plage. Lorsque je me suis rendue compte que je pouvais gambader à nouveau, ce fût une explosion de joie. Je me suis sentie renaitre. Après l’effort, étendue en maillot, j’ai somnolé le nez dans le sable, mais le lendemain je suis revenue pour faire de la marche rapide.

J’ai forcé, ma tendinite à dit marre marre marre des cadences infernales!

Samedi je me suis levée avec une douleur au genou mais je n’ai pas ralenti mon rythme. Bien au contraire. J’ai même porté des boots à talon pour aller au marché. J’ai cuisiné toute la journée. On a passé une soirée très sympatoche. Le lendemain j’ai observé mon genou d’un oeil torve et j’ai tapé sur Google: boule sur le genou.

Boule sur le genou= épanchement de sinovie = repos.

2 thoughts on “Le sport et moi, ou comment je pars en kit.

  1. Ne regrette surtout pas d’avoir arrêté cette pétard de schnock de cortisone qui gniaque tout ce qui bouge dans nos petits corps….Qui ont une capacité de réparation incroyable!!!
    2 ruptures de tendon et une fracture multiple sur l’épaule droite en 6 ans ont été enfin guéries au fond de la piscine du kiné et en mangeant “anti inflammatoire”.
    Saupoudrer ses plats au curcuma et son quotidien à l’extravagance ont parfois du bon ;OD

    Like

    1. Je voudrais tant arrêter moi aussi. Comme je t’envie. Mais pour le curcuma comme il contient de l’acide acétylacétique je ne peux pas en consommer. J’ai bien progressé question alimentation, mais pas encore pour supprimer le sale médoc.

      Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s