Pourquoi je volais des bonbons?

sugar-series-02Emily Blincoe.

Lorsque mes parents me donnaient des bonbons avant d’aller à l’école, ils me rabâchaient que je ne devais pas en donner à mes copines.

Que je devais tout garder pour moi.

Ils remplissaient mes petites poches en répétant plusieurs fois cette recommandation et en me menaçant de punitions si je faisais preuve de générosité.

J’avais intérêt à dire que je ne donnerais rien.
Ils ne leur venaient pas à l’idée que, parfois, une petite copine m’offrait un Malabar, un Chupa Chups, une Reine Pétillante. C’était la seule marque d’affection que je recevais de la journée.
Je sortais de chez moi les poches pleines de bonbons qui étaient vendus dans des paquets. J’avais le ventre rongé par la honte. Honte qui dégénérait en angoisse.
Comment manger mes bonbons à la récré?

En cachette ?

J’avais honte de leurs bonbons qui n’étaient pas des bonbons rigolos.

J’avais honte de mes parents et de leurs recommandations à la con.

J’avais honte de leur vulgarité.

sugar-series-01Emily Blincoe.

A l’école, je ne sortais pas les bonbons de mes poches. Je préférais voler des bonbons rigolos au bureau de tabac des fraises Tagada, des nounours translucides, des boules de gomme…

Si je volais, je pouvais être comme les autres.

Je pouvais échanger des rouleaux de réglisse contre des nounours en chocolat.
J’oubliais les bonbons de la honte dans mes petites poches. Il fondaient jour après jour et me poissaient les mains.
Lorsque ma mère découvrait les bonbons fondus dans mes poches, elle ne manquait pas de dire que je n’étais pas reconnaissante.
Elle aurait voulu que je sois reconnaissante alors que je n’étais que l’objet de sa recherche de reconnaissance.

Pourquoi je raconte cette histoire? Parce qu’à chaque fois que quelqu’un m’offre quelque chose et que j’ai du mal à recevoir,  je me souviens de mes bonbons moches que je laissais fondre dans mes poches.

sugar-series-08Emily Blincoe.

2 thoughts on “Pourquoi je volais des bonbons?

    1. C’était des bonbons Kréma vendus dans des paquets. Alors que tous les enfants étaient fascinés par les bonbons vendus en boulangerie ou au bureau de tabac et vendus à l’unité.

      Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s