Maison déserte.

Kolmannskuppe-619x393

Maison déserte c’est un roman qu’il faut lire en solitude.

J’ai lu la première partie tranquillement sur la plage, la seconde partie un peu moins malheureusement puisque  j’ai souvent été interrompue lorsque j’en étais à la fin.

Dommage.

Pourquoi faut il lire Maison déserte en solitude?

Parce que Jacques Tournier raconte la solitude et la douleur d’une femme qui a, encore, perdu un être cher.

Le deuil d’un conjoint semble être une amputation pour celui qui reste.

L’un s’est probablement trop dilué dans l’autre et réciproquement, mais c’est celui qui reste en vie qui souffre.

Lorsqu’elle a vécu son premier deuil, ses jambes ont refusé de répondre présentes.

Lorsqu’elle à vécu son second deuil  elle a décidé de prendre ses jambes à son cou et de fuir son bel appartement parisien pour vivre dans une vieille maison pas loin de la mer.

Une vieille maison complètement décrépie.

Une vieille maison loin de Paris.

Autour d’elle, il n’y a pas grand monde: un frère intéressé, une nièce qui ne l’est pas moins.

Ses biens les plus précieux sont ses souvenirs. Mais ses souvenirs ont plutôt tendance à la faire font basculer dans une certaine folie.

C’est son jardinier, l’un de ses alliés provisoires qui va lui faire découvrir la vie là ou elle n’avait pas l’habitude de la voir, de la ressentir.

Maison déserte c’est un très beau roman. A lire absolument en solitude, comme pour ne pas déranger l’héroine dans le processus de sa reconstruction.

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s