Là ou le soleil n’existe presque pas.

L EXCEPTION

Une voisine, naine, psy et écrivain de roman policier c’est que ça aide beaucoup dans une existence, surtout si on se fait larguer un 31 décembre par son mari qui révèle, enfin, qu’il a toujours été homosexuel.

Si la naine n’avait pas existé dans ce roman, je ne me serais pas accrochée.

La naine qui vit son drame de naine, va permettre à une jeune femme, maman de jumeaux en bas âge, de l’aider à décortiquer son passé afin de lui faire comprendre noir sur blanc, que la vie avec son imposteur de mari, n’était que le brouillon de son existence.

Celle ou celui qui n’a jamais vécu de rupture à soit de la chance ou vit comme une ou un lâche.

Mais celle ou celui quia dû faire des efforts pour surmonter la perte et l’absence est toujours gagnant.

Parce qu’il y a reconstruction.

La reconstruction, c’est ça le vrai sujet du roman d’Auður Ava Ólafsdóttir.
Dans L’Exception, le chagrin, la solitude, les doutes sont paisibles et se vivent dans un pays (en Islande) ou le soleil n’existe presque pas.

 

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s