Peintre de la volonté de survie.

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski 7

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski.

En ce moment j’ai deux coups de coeur artistiques: Oakoak et Ivan Konstantinovitch Aïvazovski. Ces deux artistes ne se comparent pas. L’un peint l’infini, la volonté de survie. L’autre propose des mises en scène fortuites dans le contexte urbain.

Comment ai-je pu passer à côté de ce peintre russe d’origine arménienne? Peintre qui fût nommé membre de l’Académie de Saint-Pétersbourg puis peintre de l’état-major de la Marine russe en 1845. Peut-être parce qu’à la différence de certains peintres, il n’était pas attiré par les honneurs et de ce fait les historiens de l’art n’ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent?

Pourtant de son vivant, Ivan Konstantinovitch Aïvazovski a eu une renommée internationale considérable et ça n’étonnera personne si j’ajoute qu’il était admiré de Delacroix et de Turner.

Il ne peignait pas sur le motif. Tout a été peint de mémoire à la suite de nombreux voyages sur les vaisseaux de la marine russe. C’est sa maîtrise à peindre latransparence de l’eau (paisible ou bouillonnante) qui me plaît. Pour avoir peint quelques marines, je peux vous dire qu’il est très difficile de peindre la transparence, surtout à l’acrylique. J’aimais aussi peindre la furie des nuages. Je trouvais l’exercice facile et c’est la raison pour laquelle j’évoquais le bleu de Prusse dans mon article consacré à Amylee. Le bleu de Prusse est une couleur indispensable pour créer des gris lumineux, des bleus aciers et des noirs profonds.

La Neuvième Vague serait l’une des toiles les plus célèbres de l’artiste, mais ce n’est pas celle que je préfère. J’ai un penchant pour ses atmosphères quasi monochromes.

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski aurait peint à peu près 6000 toiles. Ce qui me fait dire qu’il en a peint au moins 20% de plus. Il est difficile de rassembler tout le travail d’un peintre. Un peu comme lorsque l’on rentre de vacances et qu’il faut refaire sa valise. Un peintre détruit énormément, il faut que ça se sache. Un peu comme un écrivain qui appuie souvent sur la touche suppr.

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski 1

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski 4

ivan_konstantinovich_aivazovsky

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski 5

ivan-aivazovsky-passage-of-the-jews-through-the-red-sea-1891

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski 2

Posted in Art

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s