Comment faire entrer la nature à l’intérieur?

A 705097

Pendant une dizaine d’années, la plante n’était plus la bienvenue dans la décoration d’intérieur.

Du coup chez moi, il n’y avait que des cactus. Mais les cactus sont des plantes à part.

Pourtant je me souviens qu’avant cette dizaine chlorophilophobique ( je viens d’inventer un mot) j’aimais me promener chez Truffaut. Je revenais toujours à la maison avec une plantule. Un jour, je suis revenue avec un jatropha, une plante qui avait un drôle de tronc et qui n’a pas tenu le coup, mais j’étais contente d’avoir une plante pas comme les autres.

plant lifestyle

plante d'intérieur

plant lifestyle j

Comme mon immeuble possède une belle cage d’escalier, j’ai posé ça et là une plante. Bon c’est vrai qu’au début c’était parce que  je n’en voulais plus chez moi. Petit à petit, je me suis rendue compte, surtout lorsque je m’absentais pendant quelques jours, que j’appréciais bien les retrouvailles avec mes plantes.

cactus et tendance

plant lifestyle

Depuis quelque temps, j’ai envie d’un plan végétal dans cette cage d’escalier. Mais un plan sans prise de tête au niveau de l’arrosage. Sans prise de tête quant à l’installation et au coût du dispositif. Sans prise de tête aussi quant à la nature des plantes parce que mon plafond est en verre donc il laisse passer la lumière et le soleil. On  laisse la lumière allumée en permanence ( de nuit comme de jour) cependant j’ai remarqué que même s’il y a de la lumière la nuit, les plantes se ferment dès que le soleil se couche.

Une plante c’est vivant, c’est parfois éphémère mais c’est tout aussi intéressant qu’une oeuvre d’art parce qu’il existe des plantes vraiment étranges. L’autre jour j’ai découvert dans un magasin une suspension avec une plante boule qui m’a fait penser à la tête du bonhomme Cetelem, je n’ai pas osé l’acheter parce que Cetelem quand même. J’ai aussi découvert une succulente qui donnait l’impression d’être une plante carnivore. J’aurais dû l’embarquer avec moi.

plante suspendue

synliga-rotter-provror

Sinon j’ai plusieurs yuccas dans mon jardin mais pas de bigoudis. J’ai toujours aimé les cheveux très raides et la nature m’a gâté de ce côté là. Cet après midi j’ai revu mon yucca, celui que j’avais acheté lorsque j’avais 21 ans.

Je l’ai emmené avec moi à Paris lorsque je suivais des cours dans une école privée. Puis retour au bord de la mer. Quelques années plus tard il m’a suivi en ville et lorsque je suis partie à Aix en Provence faire d’autres études, il était aussi du voyage. Pas question que je l’abandonne. J’ai quitté Aix en Provence et je n’ai pas pu le rapatrier via un transporteur. J’ai dû le prendre avec moi dans le train. Je me suis promenée avec lui dans Paris, entre la gare de Lyon et la gare Montparnasse. Chez moi, il a prit de la hauteur, tellement, qu’à un moment donné il touchait le plafond. Je lui ai attribué une location sur le palier, là ou j’ai 5 mètres sous plafond. Il a vachement progressé et il est devenu tout bizarre après quelques années. Il a progressé tout en tronc et un jour il est mort. Je n’ai pas voulu qu’il quitte l’aventure et j’ai coupé les deux troncs à la base. Ensuite je l’ai planté dans le jardin. On m’a dit que jamais il ne reviendrait à la vie. Il a redonné des feuilles quelques saisons plus tard. Je l’ai déterré il y a quelques heures, il va revenir vivre à la maison lorsque je lui aurais trouvé un nouveau pot.

La vie est belle!

YUCCA

 

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s