Romans addictifs.

Elena Ferrante

Cet été j’ai un point commun avec Alain Juppé celui d’avoir mis dans ma liste des lectures de l’été : L’amie prodigieuse et la suite de ce roman L’autre nom d’Elena Ferrante. Lectures conseillées par une lectrice assidue de Lavieenrouge.

Pourtant au début, je ne pensais pas poursuivre L’amie prodigieuse, parce que tous ces prénoms italiens c’était un peu l’embrouille : Antonio, Stéphano, Lila, Lina, Lénù, Fernando, Marcello, Donato, Nino, Alfonso, Enzo, Rino, Nella, Carmen, Ada, Marisa, Michele, Nadia, Melina, Pasquale, Pietro, Gigliola, Pinuccia et les autres.

J’ai relu les deux tomes, soit 1008 pages x 2 en quelques jours. Il paraît que les romans d’Elena Ferrante sont addictifs.

Je confirme.

L'amie-prodigieuse

Le thème ? pas seulement l’amitié. Cette amitié persistante n’existerait pas sans la douance et les affres de celle-ci, la douance sur fond de misère napolitaine aux alentours des années 50/60, à l’époque ou il semble que la violence faite aux femmes soit la norme. Brimées, violées, engrossées, aliénées, jalouses et jalousées, cocufiées, illettrées, les femmes n’ont qu’un destin, celui de s’étioler dans la fange.

Sauf si …

J’attends avec impatience de pouvoir lire le tome 3 et le tome 4 mais les deux derniers romans n’ont pas encore été traduits en français. En attendant, je vous conseille D’acier de Silvia Avallone, un univers assez proche de celui d’Elena Ferrante.

Personne ne connaît l’identité d’Elena Ferrante sauf son éditeur italien. Personne ne sait pourquoi elle a préféré rester très discrète depuis la parution de son premier roman. Elle a raison. Parce que ce qui devrait compter avant tout pour un auteur, ce n’est pas la reconnaissance de n’importe qui, ce sont les lecteurs et les lectrices et, mamma mia ! des lecteurs, elle en a plein dans le monde entier.

7 thoughts on “Romans addictifs.

  1. Justement, je viens de trouver un autre de ses romans, antérieur à l’Amie prodigieuse. Il s’agit de “Les jours de mon abandon” (collection Folio). Je vais le commencer cette semaine…Contente de t’avoir fait découvrir et apprécier Elena Ferrante :)

    Like

  2. C’est vrai que D’acier est proche de l’univers social de L’amie prodigieuse. D’acier c’était le premier roman que je lisais en numérique. C’est rare, et si ce roman avait été moyen j’aurais appuyer sur suppr. Je suis sûre que tu aimeras les romans de Ferrante, tu me diras ?

    Like

  3. A propos de “Les jours de mon abandon” d’Elena Ferrante, mon avis est mitigé. Je suis partagée entre la belle écriture d’Elena, et la façon dont elle raconte cette séparation d’avec son mari. Un peu comme certains auteurs américains, cela ressemble parfois à une logorrhée, plus difficile à apprécier. Même si le sujet est bien travaillé, j’ai éprouvé, par moments, une certaine lassitude. J’étais quand même intéressée par la fin de l’histoire, alors je l’ai lu jusqu’au bout…

    Like

    1. Merci ! Je pense que ça peut intéresser les femmes qui ont vécu ou qui sont entrain de vivre la même histoire. La redondance calme. D’Acier de Silvia Avalone, c’est un roman très fort, un peu dans le même univers social que L’Amie prodigieuse. Une histoire d’amitié entre deux ado. Donc les jours d’abandon, je ne le lirais pas. Je te fais confiance et le sujet ne me concerne pas, du moins pour le moment ;)

      Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s