J’ai tout coupé !

Je vais vous faire une confidence : J’avais une phobie, celle d’aller chez le coiffeur et c’est la raison pour laquelle pendant le mois de février j’ai eu quelques problèmes capillaires, des problèmes qui ont achevé mes longueurs. Je pensais pouvoir me débrouiller toute seule.

Une bonne fois pour toute, il faut que je réalise que je ne suis pas une professionnelle du monde de la coiffure !

Je me suis donné un mois pour changer de tête.

Je me suis donné une semaine pour tout couper.

Et lorsque je me suis sentie prête, je suis montée à l’échafaud.

Au départ, j’avais imaginé me faire coiffer dans un salon de coiffure qui se dit exceptionnel. Un salon de coiffure avec un fort potentiel déco (cage avec des oiseaux roses et vivants, aquarium en forme de building avec un vrai poisson rouge dedans) La directrice du salon n’a pas fait attention à moi lorsque je me suis présentée, absorbée par la conversation qu’elle entretenait avec l’une de ses clientes. Quelqu’un à l’identité sexuelle que je n’arrivais pas à déterminer, à priori un homme qui ressemblait à Divine, l’acteur des films trash de John Waters, était supposé être mon coiffeur. L’homme corpulent, vêtu et maquillé comme une femme, avec des ongles peints en noir et des petits chats dessinés dessus, s’est enfin occupé de mon cas et m’a donné rendez-vous pour le lendemain.

Je ne pouvais pas attendre le lendemain parce que pour  l’occasion je m’étais mise sous Tranquilline, aussi il me fallait aller chez le coiffeur dans l’heure, c’est-à-dire pendant que le médicament fasse encore son effet.

Comme je devais passer chez Action pour faire le plein de cahiers, je me suis garée pas loin d’un nouveau salon de coiffure. Un salon de coiffure à prix low cost. En m’approchant du salon, j’ai vu sortir une cliente aux cheveux blancs avec un carré lisse et parfait. Dans ce salon j’ai été très bien accueillie et on m’a tout de suite expliqué que je devais m’installer toute seule au bac et que les peignoirs étaient accrochés dans le vestiaire, là, juste à droite. Une coiffeuse m’a demandé quel était mon souhait. Curieusement, elle pensait que je venais pour rectifier mon carré, mais lorsque j’ai détaché mes cheveux et que j’ai déployé ma misère, elle a compris mes intentions.

Je voulais tout couper.

Je voulais une pixie cut c’est-à-dire très court dans la nuque avec de la longueur sur le dessus de la tête et une grande mèche sur le front.

Dès le début j’ai su que la prestation me coûterait 21 € exactement. Soit le prix d’un soin éclaircissant que l’on vous colle d’office chez Jean-Louis David.

Je lui ai précisé que je pouvais avoir une angoisse ( je frissonne lorsque je vois des objets coupants et tranchants) Elle m’a dit que tout allait bien se passer. J’ai eu le même problème pendant des années chez le dentiste.

En me regardant dans le miroir, cheveux mouillés, longueurs mitées, j’ai eu honte de moi. Force était de constater que mes pointes étaient à hurler. La coiffeuse a commencé à couper petit à petit, parce que si dès le début on taille comme un jardinier dans des cheveux fins, c’est foutu et on ne recolle jamais des cheveux qui viennent d’être coupés. Une fois la coupe réalisée la coiffeuse m’a demandé comment je voulais les sécher. Je lui ai expliqué comment je voyais les choses, j’ai choisi la brosse et même calibre de la brosse.

J’étais ravie de résultat !

J’y suis retournée quelques jours plus tard pour modifier mon blond dégueulasse. Je voulais quelque chose de plus sophistiqué.

Nous nous sommes mises d’accord pour un balayage discret avec du vingt volumes afin de  ne pas abîmer les cheveux. Lorsque j’ai découvert ma nouvelle couleur, j’ai été bluffée parce que je craignais que la mixture ne prenne pas.

Le matin, je discipline mes cheveux en passant mes mains humides ici et là. Je suis toujours bien coiffée. Je n’ai pas l’habitude d’avoir les cheveux courts, j’avais peur que ça entame une part de ma féminité. Et bien pas du tout.

J’ai donc décidé de repartir sur de bonnes bases : me faire couper les cheveux dès que les pointes seront foutues et de confier ma blondeur à une professionnelle.

 

Advertisements

11 thoughts on “J’ai tout coupé !

  1. Super ! Merci pour ta confiance de nous parler de ta phobie. Tu n’as pas à en avoir honte. Je suis du métier (psychologue)et je peux te dire que tu as la bonne technique pour affronter ta phobie : la respecter (ne pas la détester, sinon elle flambe), et l’affronter tout doucement par petites étapes et quand tu le sens (comme tu l’as fait en entrant dans ce second salon et expliquant tes craintes à la coiffeuse). Bravo !!! Tu nous montrerais une photo ? Bises et très bon lundi !

    Liked by 2 people

    1. J’ai eu des phobies pendant des années (agoraphobie et claustrophobie lorsque mon état s’est aggravé, puisque la phobie c’est une spirale infernale). J’ai réussi à m’en sortir grâce à un médecin généraliste qui était bienveillante avec moi et après la vie n’était vraiment plus la même. L’année dernière j’ai vaincu la phobie la tête sous l’eau. Il me restait celle du coiffeur mais comme les séances chez le dentiste se passent bien, j’avais un espoir. Je n’ai pas encore de photos de ma nouvelle tête. Merci pour ton passage.

      Liked by 1 person

  2. la phobie des dentistes est connue car la fraiseuse fait mal mais celle du coiffeur m’etait inconnue, est ce que c’est la peur d’avoir une coupe ratée ou bien l’environnement qui vous effrayait? merci pour votre réponse.

    Like

    1. Une phobie prend naissance lors d’une mauvaise expérience et j’en ai eu une. Si on ne se sent pas bien dans un environnement, ne serait-ce qu’une fois, on ressasse et la phobie s’installe. C’est une peur qui devient irraisonnée et qui donne lieu à des images effrayantes. Chez moi, la phobie s’est installée parce que je savais, qu’affectivement, je ne pouvais pas compter sur les membres de ma famille. Lorsque je me suis rendu compte que je pouvais compter sur l’humanité, j’ai eu un peu d’espoir, mais il me fallait dénouer les phobies que j’avais créé en amont. Pour rompre une phobie il faut l’affronter.

      Like

  3. J’ai fait la même chose ! Moi je me suis trompée de salon , j’ai été ds un salon dont la deco n’a pas bougé depuis 1982. Mais je suis ravie . Et c’est vrai que tu as un petit air de Twigy .!

    Like

    1. 1982 ! C’est un salon vintage alors ? C’est vrai qu’à part la bouche j’ai un air de Twiggy et en plus depuis que j’ai coupé j’ai l’impression d’avoir plus de cheveux.

      Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s