Graffitis sur les docks VII.

Peut-être que je serais passée à côté de cette fresque qui venait d’être peinte si je n’avais pas accepté d’écouter un type que j’avais pris au départ pour un exhibitionniste potentiel et qui était venu vers moi juste pour me signaler ce travail exceptionnel.

En fait, le type bosse dans l’une des rares sociétés de la zone situé sur le port de commerce.

Pour pénétrer dans le hangar, j’ai dû grimper sur une vieille porte en fer et posée en équilibre sur je ne sais quoi. Il y avait graffeur qui écoutait de la deep à plein volume et qui travaillait sur le mur opposé. L’endroit avait quelque chose de mystique ce jour-là. Je ne sais pas si c’est parce qu’il y avait du son, mais j’avais l’impression d’être dans la cathédrale d’un monde meilleur.

Plus loin, dans le hangar, quelqu’un avait mis la corde au cou à une poupée qui n’avait plus ses jambes ni ses bras. Mais je ne pourrais pas vous dire pourquoi.

À la fin de l’article, vous découvrirez la photo que j’avais prise il y a quelques mois au même endroit. Ça tranche beaucoup avec ce que j’ai découvert il y a quelques jours.

L’artiste de cette fresque c’est probablement l’artiste de l’une ou deux fresques que j’ai photographié il y a quelques mois de cela.

Voir mes autres articles sur les graffitis sur les docks.
La catégorie Graffitis.

Avant.

Après.

Advertisements

6 thoughts on “Graffitis sur les docks VII.

  1. Pingback: Graffitis sur les docks (partage de « La vie en rouge  | «quelquesnotesdeculture

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s