Petite leçon de body langage.

Collage Lavieenrouge.

“Le groupe Deee Lite sur une toile de Kenny Sharf.”

J’aime regarder les entretiens et les débats politiques. Souvent sans le son. Le contenu n’est rien par rapport au langage du corps. Emmanuel Macron, lorsqu’il se relâche, a les mêmes mimiques que Nicolas Sarkozy. Alain Juppé n’a aucun don pour dissimuler son orgueil (regard exorbité). Jean-Luc Mélenchon suinte la haine lorsque son narcissisme est mis à mal (bouche tombante) Marine Le Pen est vaincue par le stress à chaque fois que son interlocuteur lui pose une question embêtante, son regard exprime la panique émotionnelle. François Bayrou, maire d’une petite commune, a une haute estime de lui-même, mais qui en doutait ? Son regard va de bas en haut lorsqu’il répond aux questions d’un journaliste.

Il y a quelques jours, j’ai regardé en replay Body langage sur TV5 Monde, pas les scènes de crime, mais uniquement les interrogatoires. Ces reconstitutions d’interrogatoires nous démontrent que le criminel ne tarde pas à se compromettre, non pas, par ce qu’il dit, mais par les expressions de son corps et de son visage. Dans ces épisodes, Joe Navarro ex agent du contre expionnage au FBI et expert en communication non verbale donne quelques pistes pour décrypter ce que l’on appelle : le body langage.

Si une personne est invitée à entrer dans une pièce en présence de quelqu’un qu’elle ne connait pas et qu’elle regarde autour d’elle au lieu de regarder l’hôte : narcissisme et haute opinion d’elle même.
Parler avec les mains : la personne ne ment pas.
Se frotter les cuisses : besoin de réconfort.
Cacher ses mains dans ses manches : besoin de se protéger. Personnalité vulnérable.
Croiser les bras, surtout les bras remontés sur les épaules :  besoin de réconfort.
Croiser les mains sur la tête : relâchement.
Passer ses mains dans les cheveux : besoin de réconfort.
Déglutir au lieu de répondre à la question : être mal à l’aise.
Joues asymétriques : être mal à l’aise.
Marcher menton bas, tête en avant et bras un peu en avant : prêt à faire un mauvais coup.
Menton qui se contracte : inconfort psychologique.
Rentrer les lèvres : détresse psychologique.
Rentrer les lèvres et bouche tombante : grande détresse psychologique.
Se toucher le visage: stress.
Regarder quelqu’un fixement : psychopathie.
Se toucher le cou : se sentir en danger.
Soupir : relâchement.
Lorsque les mains ne bougent pas : la personne n’est pas sincère.
Lorsqu’une épaule est plus haute : la personne veut se retirer mais elle ne peut pas.
Si elle se touche le nez ou tout autre partie du visage : la personne n’est pas à l’aise. Stress.
Gestes mains retournées vers le haut : sentiment d’impuissance.
Faire des mouvements circulaires sur une chaise à roulettes : besoin de réconfort.
Mains en cloche : sincérité.
Cligner des yeux trop rapidement : stress.
Pencher sa tête vers le sol : honte.
Changement de position sur une chaise : la personne est mal à l’aise.
Hochements de tête : personne autoritaire.
La langue qui sort de la bouche : mal à l’aise dans le contexte social présent.
Raclement de gorge : stress.
Mâcher du chewing-gum : besoin de réconfort pour dissimuler son stress.

On pourrait penser qu’il n’y a qu’à conserver les mains en cloche et ne pas se tortiller sur sa chaise pour donner une bonne impression. Non, parce que si l’autre sait comment perturber son interlocuteur, la stratégie mise en place va s’effondrer.

 

Advertisements

8 thoughts on “Petite leçon de body langage.

  1. J’avais acheté, il y a quelques années, un bouquin sur les gestes. Très intéressant, on y apprend beaucoup de choses, également sur le langage amoureux… :)

    Like

    • Merci ! Il a dit ça ? Alors là, quand je pense à la haine que suscite Nicolas Sarkozy à ceux qui militaient REM pendant les présidentielles, ton commentaire m’amuse beaucoup. Macron ne pouvait vraiment pas s’inspirer de François Hollande.

      Like

  2. J’ai constaté que plusieurs personnes parlaient comme sarko je pense qu’il sont formés par la meme personne vous savez ces spécialistes qui donnent des cours pour parler en public et capter les foules.

    Like

    • Oui le langage est aussi formaté pour manipuler les foules, ou des gens dans certaines circonstances, notamment dans le commerce. Je me souviens avoir dû rendre une ceinture qui était abimée et la vendeuse toute charmante, au lieu de me dire que je faisais bien de rendre la ceinture parce que la qualité était déplorable, me répétait avec un large sourire et par deux ou trois fois que la ceinture ne me convenait pas.

      Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s