Comment gérer son stock de glycogène ?

Dans quelques jours je vais reprendre les compétitions de golf. Je suis en confiance, mon jeu est régulier. Curieusement j’ai moins de potes. Un homme va aimer jouer avec une femme, si celle-ci joue correctement mais juste ce qu’il faut pour ne pas ralentir l’allure ou si elle lui demande comment faire lorsqu’elle est en délicatesse. Une femme qui joue plus long qu’un homme, c’est comme un homme qui en a une plus longue dans une pissotière. Les hommes n’aiment pas trop. Une femme qui ne minaude pas avant de taper dans sa balle et qui fait comme si elle n’avait rien entendu lorsqu’on lui donne un conseil, s’entend dire, lorsque sa balle tombe dans un bunker, qu’il y a, enfin, une justice. Si la femme sait faire de belles sorties de bunker, le joueur est complètement rincé à la fin de la partie et généralement il ne propose même pas d’aller boire un coup. Alors j’ai plus de copines que de copains. La tendance s’est inversée depuis que je m’entraîne très sérieusement. Au début, il n’était pas question de performance, mais de protéger mon dos. Je suis une joueuse génération Tiger Wood, ce qui signifie que j’ai été formée pour taper sans ménager mon squelette. Cet hiver, j’ai pensé qu’il valait mieux que j’adopte un swing qui respecte le corps humain dans la belle tradition des joueurs comme Bobby Jones et si ça vous intéresse, je vous conseille de regarder les vidéos d’Édouard Montaz. J’ai bossé tout l’hiver sur ma nouvelle lubie, ce swing qui respecte le corps humain et j’ai dû accepter de jouer comme une débutante pendant trois mois, le temps que ma mémoire intègre mon nouveau swing ce qui inclu aussi la méthode coréenne, c’est-à-dire, se filmer et faire les mouvements très lentement et en fermant les yeux. Pourtant la golfeuse loisir ne consacre pas beaucoup de temps à son entraînement. Elle préfère jouer sur un parcours boueux pendant les mois d’hiver, quitte à en baver, plutôt que de consacrer du temps à sa technique. Cet hiver, je n’ai jamais rencontré, je veux dire, régulièrement, une golfeuse au practice. Bref, cent cinquante heures d’entraînement plus, loin sans compter les vidéos et les lectures, j’ai adopté ce nouveau swing qui m’épargne les pathologies douloureuses. Par la suite, je me suis offert un pro pour me conforter dans ma nouvelle voie, un pro qui privilégie la technique au feeling et qui a entraîné la numéro 1 de golf française. Mais l’entraînement n’est pas suffisant.

La diététique l’est tout autant. Combien de fois je me suis écroulée de fatigue vers le quinzième trou et même avant ? Combien de fois, j’ai observé des joueurs qui n’avaient plus aucun discernement, d’un coup d’un seul, alors que tout avait bien commencé ? Il y a quelques semaines, j’ai eu une pathologie oculaire, une pathologie qui ne s’est pas encore dissipée même si ça va mieux et qui est due à la déshydratation. Première alerte. Et puis un jour, à la moitié du parcours, je n’avais même plus la volonté de taper dans ma balle. Je ne me sentais pas fatiguée, mais mon cerveau n’était plus capable de donner des ordres à mon système musculaire. J’ai essayé de leurrer mon psychisme avec deux Tic Tac, mais ça n’a pas marché. J’ai joué les trois trous suivants d’une façon aléatoire et j’ai dû me battre jusqu’au bout pour récupérer les points que j’avais perdu. En vain. Depuis, je fais très attention à mon alimentation avant mais surtout pendant.

Il faut un peu plus d’une heure pour épuiser ses réserves de glycogène et c’est le glycogène qui apporte l’énergie. Il est stocké dans le foie. Il faut absolument apporter une aide pour remettre à niveau le stock. Comment ? Avant de commencer un parcours, c’est valable pour toutes les autres activités sportives, je bois du fructose soit deux cuillères à café dans 50 cl d’eau ou une belle pomme. La pomme c’est le fruit idéal, on peut aussi compter sur la banane mais c’est un petit peu moins bien. Si on ne trouve pas pratique de manger une pomme, on peut boire de la compote liquide. C’est aussi valable pour ceux qui vont en promenade ou qui pratiquent un autre sport d’endurance. Dans la vie de tous les jours aussi. Au travail, pourquoi pas. Une heure après, je mange un léger sandwich suivi d’une banane même si je n’ai pas faim. Si j’ai faim c’est qu’il est déjà trop tard ! À la mi-parcours, je bois 25 cl de glucose (du sirop de violette dilué dans de l’eau) Bien sûr, entre-temps, je bois toujours une gorgée d’eau avant de jouer un trou même si je n’ai pas soif ! Vers la fin, je bois du jus de citron sucré et dilué dans de l’eau, afin de m’éviter de me jeter sur la nourriture en rentrant chez moi.  Plus on gère correctement et souvent son stock de glycogène, plus on est capable de récupérer rapidement tout au long de la saison sportive. Après un parcours, je ne suis ni fatiguée physiquement, ni mentalement pourtant j’ai marché 10 km et j’en profite même pour m’entraîner encore un peu. Comme quoi, le sport n’est pas seulement une question de force, de mental et de technique encore faut-il nourrir son cerveau puisque c’est lui qui donne les ordres.

Advertisements

6 thoughts on “Comment gérer son stock de glycogène ?

  1. Pourtant à les voir les golfeurs…on ne penserait pas que ce soit aussi fatiguant ! Bonne chance pour le tournoi :)

    Like

    • Les golfeurs que l’on voit à la télé, se sont entrainés pendant huit heures par jour, depuis l’enfance ou presque. Ce qui comprend aussi la musculation et toutes les techniques de gestion du stress etc. Un joueur pro c’est comme n’importe quel sportif de haut niveau, sur l’écran ça n’impressionne pas mais dans la réalité si.

      Like

  2. J’ai compris, déjà depuis quelques temps, que tu as une volonté de fer ! Bravo !!! Mais pour en revenir à la gestion du glycogène, tu as bien raison d’être précise, car c’est très important ! Et bravo aussi pour ton entraînement d’hiver, j’espère que tu vas gagner !!! Je te le souhaite.
    Perso, pour la rando, j’ai toujours avec moi de la compote liquide, du jus de fruit et des fruits secs… et de l’eau. :)

    Like

Comments

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.