Le tome 3 d’Elena Ferrante.

Mon meilleur moment de l’été 2016 c’était la lecture des deux tomes d’Elena Ferrante, L’amie Prodigieuse et Le nouveau nom. Deux romans qui m’avaient été recommandés par une fidèle lectrice.

Est-ce que j’ai été déçue par le tome 3 ?

Pas du tout ! L’écriture est toujours aussi intense, l’atmosphère est toujours aussi violente. Nous sommes à la fin des années 60, un malentendu s’instaure entre les revendications des étudiants, des universitaires, des intellectuels et celles des ouvriers qui bossent dans l’agroalimentaire.

Sans dévoiler l’histoire parce que ça serait vraiment dégueulasse, L’amie prodigieuse 1, 2 et 3 c’est : comment s’en sortir lorsque l’on est de sexe féminin et que l’on est née dans la fange? Et comment étudier lorsque l’on est douée et surdouée et que la famille vous met des bâtons dans les roues ?

La réflexion que suscite la suite de L’amie prodigieuse c’est qu’une femme, pauvre ou pas, doit toujours combattre l’autorité de son père, de ses oncles, de ses frères, de beaux-frères, de ses profs, de son chef, de son employeur, de son mari et de ses fils.

Bienheureuse, celle qui n’a pas ou plus de père, d’oncles, de frères, de beaux-frères, de profs, de chefs, d’employeurs, de voisins, de faux amis, de mari et de fils.

Bienheureuse, celle qui n’a pas ou plus de mère, de tantes, de sœurs, de belle-mère, de belles-sœurs, de collègues, de voisines, de chefs, d’employeurs, de fausses amies et de filles.

Le tome 3 c’est toujours encore et encore le pouvoir des hommes sur les femmes notamment au moyen de la violence physique, de la violence psychologique et de la violence sexuelle. C’est aussi les rivalités et la jalousie entre les femmes, l’incompréhension, le ressentiment envers le milieu auquel on n’appartient pas et la honte de ne pas avoir les codes et les facilités de ce milieu-là.

C’est tout ça qui mine les deux héroïnes de L’amie prodigieuse.

En 2017 et pour beaucoup de femmes RIEN n’a changé ! et ce n’est pas une élection qui va changer quoique ce soit. Par exemple, l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes, ça ne sera pas pour demain. La place de la femme dans la société c’est une place imaginée par l’homme ! Il serait temps que la femme réinvente SA place. Beaucoup de femmes en 2017, ont une vie en tout point identique à celle d’Elena, de Lina/Lila, de Gigliola, de Pinuccia, Sylvia…

Inutile que je vous dise que j’attends avec impatience de lire le tome 4  pour savoir si Lina/Lila et Élena parviennent à se faire LA place qu’elles méritent.

Dans le tome 3, Elena découvre l’auteur Carla Lonzi, une féministe italienne.


Dans cet ouvrage écrit pendant l’été 1970, Carla Lonzi revient sur les oppressions subies par les femmes à cause de leur sexe, notamment à travers le marxisme et les écrits d’Hegel. Elle explique que l’élément discriminatoire est le facteur sexuel et n
on pas le niveau social, et que la différence entre les hommes et les femmes ne peut être ignorée.

 

Ma mousse au chocolat /piment.

Mousse au chocolat/piment.

Lorsque j’achète du chocolat pendant les périodes de fêtes, ce qui me fait craquer c’est le packaging.

Surtout si je peux le réutiliser. Aussi, j’ai craqué une seconde fois sur le packaging Milka pendant les fêtes de Pâques. Certes, on peut peindre sa boîte d’œufs ou la laisser dans sa teinte neutre.

Pour ma mousse au chocolat au piment, une recette que je fais de temps en temps, il faut :

  • Cassez 4 œufs.
  • Conserver les coquilles et les laver.
  • Peindre les coquilles avec une peinture bien couvrante.
  • Faire une mousse au chocolat : 3 œufs. Une tablette de chocolat (j’utilise un chocolat à 65 % de cacao) et deux cuillères à soupe de piment. Une recette très simple, c’est le piment qui fait toute la différence
  • Remplir les coquilles de mousse au chocolat.

Cette présentation est parfaite si on ne veut pas se goinfrer de mousse au chocolat puisqu’une coquille d’œuf ce n’est pas un gros contenant. C’est l’idéal pour des recettes de mousses au chocolat originales : mousse au chocolat blanc, mousse au chocolat/café, mousse au chocolat/praliné…

Emballage chocolat Milka.

  • Un chou fleur (dans ma région c’est un légume souvent vendu à moins d’ 1 €.)
  • 2 oignons.
  • 3 gousses d’ail.
  • Un quart de litre de lait (du lait de coco, de vache, de riz…c’est comme vous voulez. J’ai fait ma crème avec du lait de chèvre. Je voulais essayer :)
  • 250 g de crème fraîche que l’on mélange avec le lait. La crème fraîche n’est pas obligatoire cela-dit.
  • Combien de curry et de curcuma ?  Et bien c’est comme vous voulez. Si vous voulez tout savoir, j’en ai mis pas mal.
  • J’ai balancé pas mal de poivre aussi.
  • 75 g de noix de cajou. J’ai eu la main leste parce que ce jour-là j’en ai mis le double.
  • Dans la recette de la revue, on ajoute des pépins de grenade pour faire joli, mais je ne n’en avais pas.

On fait blondir les oignons et les gousses d’ail. On fait cuire son chou fleur, puis on l’égoutte bien et on verse la crème liquide (ou le lait) dessus. Ensuite on ajoute les noix de cajou.
Le jour suivant, j’ai mangé cette recette froide puisque je n’ai plus de four à micro-ondes depuis des années. Je ne pense pas en acheter un. Depuis je n’en ai plus, je cuisine !

 

 

 

 

 

Mon voisin, le dandy, il n’en revient pas.

Sandales Babou 9 €. Tapis Babou 9 € (avec -30%) Pantalon Zara.

L’autre jour, mon voisin le dandy m’a dit que j’avais de belles lunettes de soleil. Avant de lui répondre, j’ai préféré prendre une pose parce que je sais qu’il s’habille qu’avec des vêtements de marque. Des marques vraiment pointues. Je l’ai regardé droit dans les yeux et je lui ai dit “4€ chez Babou”

Il n’en revenait pas.

Ce jour-là, il portait un modèle Wayfarer de Ray Ban. Je lui ai dit “On ne consomme pas dans la même catégorie”

Quelques conversations plus loin, il m’a dit que ma pochette à pompons était très élégante et qu’elle ressemblait à celle que portait sa tante, une aristocrate, qui passait ses vacances du côté de Menton. C’était dans les années 60. Je lui ai dit “5 € chez Babou”.

Il n’en revenait toujours pas.

Ce jour là, je portais ma ceinture rose transparente Babou et mes derbies noires à semelles et lacets roses. Il m’a dit que chez Hermès ils avaient sorti un modèle de chaussures dans le même genre. Je ne sais pas si c’est Hermès mais je sais qu’une marque prestigieuse avait mis en avant une paire de derbies avec une semelle rose, il y a quelques saisons.

Il m’a dit que j’avais beaucoup de chance d’être une femme parce que les hommes ne pouvaient pas avoir accès à des accessoires aussi jolis et si peu chers. Il avait aussi tout de suite remarqué le petit pendentif cube rose que je portais autour du mon cou.

Donc, pour en revenir à la photo que j’ai posté ci-dessus, voici mes nouvelles sandales à, j’ose le dire, à 9 €. Comme vous savez, j’ai toujours un gros crush pour tout ce qui est noir et blanc. Mon choix ne vous étonnera pas.

Vernis à ongles 1.50 € . Pendentif cube en bois 4€.

J’ai fait le plein de vernis à ongles. Le choix de vernis à ongles est impressionnant, le rayon ressemble à un nuancier de chez Pantone. Lorsque vous lirez cet article j’aurais probablement un pendentif cube bleu autour du cou parce que lorsque quelque chose me plaît vraiment, j’aime bien l’avoir dans des couleurs différentes. D’ailleurs dans mon prochain article consacré à Babou, ce que je viens d’écrire ne viendra pas me contredire.

Accessoires pas chers : Pochette 5 €. Lunettes de soleil 4 €