Je rêvais de me faire enfermer dans une grande surface.

Blush 4 €. Fard à paupières 3.50 €.  Rouge à lèvres 2.50 €. Crayon à lèvres 3 €.

Si vous me suivez régulièrement vous savez, que récemment, j’ai dû faire face à une problématique capillaire : en me teignant en blond cendré, j’ai obtenu en prime une mine de déterrée. Au quotidien, la mine de déterrée, c’est difficile à assumer.

J’ai dû changer mon maquillage et faire des shampoings intempestifs pour retrouver un blond plus ou moins normal.

Je ne me maquille pas énormément, cependant je ne sors jamais sans maquillage. Je n’ai jamais investi dans des marques chères parce qu’un rouge à lèvres que j’aime bien ne me plaira plus quelques semaines plus tard.

Pour des tas de raisons.

Idem pour le fard à paupières.

Lorsque j’étais ado, j’étais passionnée par le maquillage, à tel point que je rêvais de me faire enfermer dans une grande surface pour essayer du rouge à lèvres, du vernis à ongles, des crèmes miracles. À la maison je testais des mixtures peu orthodoxes pour éradiquer mon acné persistante et je ne parle pas des masques à l’œuf, à l’huile de table (huile Lesieur pour être exacte) J’utilisais le maquillage de ma mère lorsqu’elle était au travail. Elle n’a jamais été dupe parce que je ne savais pas me démaquiller correctement. Un peu plus tard, avec mon argent de poche, j’ai acheté du maquillage Arcancil, Yves Rocher, Bourgeois, Miss Den… C’est à ce moment là que ma mère a commencé à me piquer mes affaires. Je forçais pas mal sur le maquillage, et mes profs d’anglais (les profs d’anglais n’ont jamais pu m’encadrer) ne se privaient pas pour me dire que je finirai mal.

Bref.

J’aimais  bien le blush Bourgeois, le blush dans sa petite boîte ronde parce que l’odeur me faisait craquer. Je n’ai jamais eu de problèmes d’allergie avec le maquillage bon marché. Le seul reproche que l’on puisse faire à ces marques, c’est le packaging, notamment celui du rouge à lèvres qui fait souvent un peu cheap, mais est-ce que l’on se maquille en société ?

Non, parce que ça fait mauvais genre.

Chez Babou, j’ai renouvelé récemment le blush, le rouge à lèvres, le mascara (4€) € et le fard à paupières (des teintes plus printanières que celles que j’avais déjà)  Leur rayon maquillage est assez grand. Ça vaut vraiment le coup d’y faire un tour et puis si on se trompe de teinte, ça ne porte pas à conséquence puisque les prix sont très bas.

On peut renouveler son maquillage souvent, plus obligé de conserver son mascara plus de six mois sous prétexte qu’il a coûté 35 €.

Plus besoin de rêver de se faire enfermer dans une grande surface !

J’ai aussi un nouveau tee-shirt ! Le tee-shirt homme fait partie de la coll 2016.

Tee-shirt Babou homme 4 €. Tee-shirt Babou femme 7 €.

Ma soupe de betteraves rouges à l’aneth.

Où en est mon défi culinaire que j’avais mis sur pied en janvier ? Et bien, il ne tient pas bien la route parce qu’il y a des ratés. En ce moment je travaille sur la question : mousse de fromage blanc à la fleur d’oranger ce qui suscite des hauts et des bas, à cause des blancs d’œuf qui ne tiennent pas.

Mais aujourd’hui je vais quand même vous communiquer une recette. Cette recette je ne viens pas de la découvrir. Je l’avais introduite dans mon challenge : faire dix soupes cet hiver (2013).

Cette soupe même si je l’avais mangée plusieurs fois, je ne la connaissais pas à cause de mon odorat défaillant, aussi elle n’était pas ma préférée d’autant que dans la banque de données de ma mémoire olfactive, je n’ai jamais pu la programmer facilement.

En ce moment j’ai un très bon odorat, alors je me suis dit que c’était le moment de savoir si oui ou non, cette recette de soupe de betteraves rouges était valable.

Je n’ai pas été déçue ! mais j’ai sophistiqué la recette avec un toping de graines d’aneth. Je dois dire que l’ajout des graines d’aneth apporte un petit plus à cette recette et du coup je pense que c’est plutôt une soupe d’été.

Dans ma préparation j’ajoute très peu de pommes de terre parce que la soupe deviendrait rose. J’ajoute un oignon et un peu plus de gros sel que d’habitude, la betterave rouge étant très sucrée. Ci-dessous : ma soupe Katmandou.

Mademoiselle Capacités différentes.

Zola disait à propos de L’ Assommoir « J’ai voulu peindre la déchéance fatale d’une famille ouvrière, dans le milieu empesté de nos faubourgs. Au bout de l’ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement, la honte et la mort. C’est de la morale en action, simplement. »

Je ne dénigre pas le travail de Zola, c’est un grand écrivain, mais ce n’est pas forcément ce que l’on veut lire au début du XXI ème siècle. En tous les cas, ce n’est pas ce que j’ai envie de lire. J’ai besoin de lire des romans avec des messages positifs.

“Moi” c’est encore un roman que j’ai choisi pour sa couverture. C’est ma troisième bonne pioche de l’année.

Mademoiselle Capacités différentes à un quotient intellectuel très bas, un quotient intellectuel calculé à partir des compétences basées sur la rationalité. Mais Karen possède des compétences inaccessibles pour les humains dressés pour vivre dans le monde des humains. Mademoiselle Capacités différentes (Karen) est autiste et s’insurge souvent contre Descartes “Descartes a écrit que le bonheur est une question de sens. Voir, entendre, toucher, sentir, goûter : voilà le bonheur. Ensuite Descartes a écrit beaucoup d’autres feuillets, pleins de mots ce qui est bien dommage, car il avait atteint la vérité à la page 25″

‘”Le bonheur le plus simple et le plus heureux est de laisser agir les sens.”

Grâce à ses capacités différentes, et à la bienveillance de sa tante, Karen va se retrouver à la tête d’une conserverie de thons, conserverie située au Mexique. Après un passage à l’université, elle va réfléchir pendant des années pour mettre en place un nouveau système économique afin de cesser de s’enrichir par le biais de la souffrance animale générée par son activité.

Le roman de Sabina Berman est une vision positive sur la différence. La narratrice est terriblement attachante. Tout lui réussi finalement parce qu’elle agit à SA façon. Pour s’extraire momentanément du monde, il ne lui vient pas à l’idée de faire quelques postures de yoga, comme nous, les neuro typiques. Elle sort sa perceuse, ses vis, elle installe un dispositif sur le plafond afin d’y suspendre son harnais. Accrochée au plafond elle peut se reposer quelques heures, absente à tout ce qui l’entoure.

J’ai lu ce roman MAGNIFIQUE, d’une traite en écoutant Trent Reznor & Atticus Ross “Before The Flood.”

Mes lectures en 2017 et mes articles :