Graffitis sur les docks VII.

Peut-être que je serais passée à côté de cette fresque qui venait d’être peinte si je n’avais pas accepté d’écouter un type que j’avais pris au départ pour un exhibitionniste potentiel et qui était venu vers moi juste pour me signaler ce travail exceptionnel.

En fait, le type bosse dans l’une des rares sociétés de la zone situé sur le port de commerce.

Pour pénétrer dans le hangar, j’ai dû grimper sur une vieille porte en fer et posée en équilibre sur je ne sais quoi. Il y avait graffeur qui écoutait de la deep à plein volume et qui travaillait sur le mur opposé. L’endroit avait quelque chose de mystique ce jour-là. Je ne sais pas si c’est parce qu’il y avait du son, mais j’avais l’impression d’être dans la cathédrale d’un monde meilleur.

Plus loin, dans le hangar, quelqu’un avait mis la corde au cou à une poupée qui n’avait plus ses jambes ni ses bras. Mais je ne pourrais pas vous dire pourquoi.

À la fin de l’article, vous découvrirez la photo que j’avais prise il y a quelques mois au même endroit. Ça tranche beaucoup avec ce que j’ai découvert il y a quelques jours.

L’artiste de cette fresque c’est probablement l’artiste de l’une ou deux fresques que j’ai photographié il y a quelques mois de cela.

Voir mes autres articles sur les graffitis sur les docks.

Avant.

Après.

Chou fleur au curry et aux noix de cajou.

Ce que j’aime dans cette recette, c’est la préparation de la crème.

Sur la photo, ça ne se voit pas parce que le curry/curcuma est tombé au fond du verre, mais j’ai réussi à obtenir une belle couleur jaune. J’ai forcé sur le curcuma parce que mon curry Ducros n’avait pas une belle couleur. Mon curcuma je l’achète désormais en vrac et bio. C’est moins cher.

Cette recette je l’ai découverte dans le dernier numéro d’Happinez. Une revue que j’ai gagné chez Miss Zen. Je vous parle de tout ça prochainement.

Pour cette recette il faut :

  • Un chou fleur (dans ma région c’est un légume souvent vendu à moins d’ 1 €.)
  • 2 oignons.
  • 3 gousses d’ail.
  • Un quart de litre de lait (du lait de coco, de vache, de riz…c’est comme vous voulez. J’ai fait ma crème avec du lait de chèvre. Je voulais essayer :)
  • 250 g de crème fraîche que l’on mélange avec le lait. La crème fraîche n’est pas obligatoire cela-dit.
  • Combien de curry et de curcuma ?  Et bien c’est comme vous voulez. Si vous voulez tout savoir, j’en ai mis pas mal.
  • J’ai balancé pas mal de poivre aussi.
  • 75 g de noix de cajou. J’ai eu la main leste parce que ce jour-là j’en ai mis le double.
  • Dans la recette de la revue, on ajoute des pépins de grenade pour faire joli, mais je ne n’en avais pas.

On fait blondir les oignons et les gousses d’ail. On fait cuire son chou fleur, puis on l’égoutte bien et on verse la crème liquide (ou le lait) dessus. Ensuite on ajoute les noix de cajou.
Le jour suivant, j’ai mangé cette recette froide puisque je n’ai plus de four à micro-ondes depuis des années. Je ne pense pas en acheter un. Depuis je n’en ai plus, je cuisine !

Comment faire des fleurs avec des bouteilles en plastique ?

 

Comment faire des fleurs avec des bouteilles en plastique ?

Sur une place, pas loin de chez moi, une association ou un atelier qui bosse pour la ville, a installé il y a quelques semaines des fleurs en plastique. Sous le soleil cette décoration issue du recyclage est rayonnante sinon cette place qui n’est qu’un lieu de passage est vraiment sans grand intérêt.

Le jour de ma découverte il faisait très beau, le plastique était à son avantage. J’ai donc fait quelques photos.

Pour réaliser ce dispositif, il faut :

  • Un support.
  • Des culs de bouteilles en plastique.
  • Les bouchons des bouteilles dont on a découpé le fond.

On perce le cul de bouteille et on le fixe sur le support avec une vis après avoir transpercé le bouchon.

Facile !

Reste plus qu’à boire de la Badoit rouge, de la Badoit verte, du San Pellegrino et de la limonade…

Voir mes autres articles sur les réalisations avec des bouteilles et bouchons en plastique.

Aujourd’hui  Lavieenrouge a 11 ans !

L’année dernière, comme j’avais réussi mon pari, celui d’écrire un blog pendant dix ans, je me donnais le droit, l’année suivante, d’arrêter si je n’éprouvais plus de plaisir à écrire des articles.

C’est loin d’être le cas !

Aussi je vous remercie ÉNORMÉMENT pour votre confiance et votre fidélité.