Ma mousse de fromage blanc à la fleur d’oranger.


Mousse de fromage blanc à la fleur d’oranger.

Perso, pour réaliser cette recette, je vous conseille de passer seule en cuisine. Vous mangerez votre dessert tranquillement après avoir léché les plats.

Normalement il faut mettre les mousses au réfrigérateur pendant 4 heures, mais ça gâche tout. Je vous explique : si vous mettez vos mousses au froid, le blanc d’œuf va se liquidifier au fond de la verrine.  Vous aurez, certes, un effet mousse mais si vous mangez la mousse tout de suite, vous aurez un effet mousseline qui est, selon moi, bien plus sensuel en bouche.

Et je ne vous parle pas de l’effet mousseline XXL si on plonge sa cuillère directement dans le plat !

C’est très facile à faire :

Pour 4 personnes (franchement je trouve que les proportions sont adaptées pour 6)

200 g de fromage blanc que vous égoutterez un peu avant de commencer la recette.

5 blancs d’œuf.

80 g de sucre glace.

2 cuillères à soupe de fleur d’oranger.

1. Placez le fromage blanc dans un chinois à étamine pour retirer un maximum d’eau.
2. Au batteur, montez les blancs en neige ferme jusqu’à obtenir des pics. Continuez de battre plus lentement en incorporant le sucre glace petit à petit et l’eau de fleur d’oranger.
3. Placez le fromage blanc égoutté dans un saladier.
4. Une fois que vous avez obtenu une belle meringue italienne, ajoutez-en 2 cuillères à soupe dans le fromage blanc avec une spatule, en prenant soin de ne pas faire tomber.

Pour une mousse de fromage blanc à la fleur d’oranger rien que pour soi, vous pouvez si vous êtes raisonnable, diviser les proportions par 3.

Au commencement de chaque page je dessine une étoile.

Cléa Lala.

J’aime les cahiers, les petits carnets et les grand carnets de croquis. Je possède des cahiers pour ceci, des cahiers pour cela et je préfère ceux dont on peut retirer une page (je ne supporte pas les ratures) et réintégrer les pages à l’envie (celles d’un autre cahier par exemple) Mes cahiers sont rédigés avec des feutres. Il y a des pages qui sont rédigées en rose, des pages qui sont rédigées en orange, en rouge, en bleu, en vert aussi.

Au commencement de chaque page je dessine une étoile. Je ne me l’explique pas.

Si mentalement tout va très bien mon écriture penche vers la droite. Si je suis dans un état ni plus ni moins, mon écriture est droite. Si je ne suis pas à la bonne mon écriture est droite, deux fois plus grande, sans plein ni délié et mes T ressemblent à des crucifix.

En me relisant, je suis capable de savoir si tel ou tel jour j’étais à la bonne ou pas, et si j’en étais au bout de mon lot de feutres parce que si une page est rédigée avec un feutre marron ou un feutre gris c’est parce que les feutres noirs, verts, rouges, bleus, oranges et roses ont rendu l’âme depuis pas mal de temps.

La semaine dernière je suis allée à la plage avec l’un de mes cahiers. J’ai eu la mauvaise surprise de découvrir mon écriture toute délavée. Ma gourde pliable avait fuit dans mon sac.

La vie est une pute parfois.

Celui qui a trouvé mon smartphone dans un lieu public ne va pas être déçu, à moins qu’il fasse partie des personnes honnêtes et qu’il a eu la chouette idée de remettre mon bien à l’accueil. Je le saurais lundi pour l’instant Microsoft n’est même pas capable de le localiser alors que le téléphone n’est pas éteint. S’il tombe dans des mains indélicates et qu’il arrive à déchiffrer mes deux mots de passe, il pourra lire les SMS que je m’envoie. Je m’envoie de temps en temps, des SMS qui contiennent des encouragements. Sur ces SMS j’écris aussi des réflexions, des idées et des notes que j’ai lu quelque part. Hors contexte le contenu de mes SMS peut laisser supposer que je suis quelqu’un de vraiment étrange :)

La vie est une sale pute parfois. Mon smartphone est tombé entre de bonnes mains : une personne l’a rapporté à l’accueil alors qu’il aurait pu être bien tentant de le subtiliser, même si c’est une phablette, une phablette orange fluo, quant à la personne de l’accueil, elle a eu la bonne idée de le recharger pour que je puisse appeler mon numéro et savoir, si oui ou non, mon bien était encore à ma disposition. 

La vie est bienveillante parfois. 

Je rêvais de me faire enfermer dans une grande surface.

Blush 4 €. Fard à paupières 3.50 €.  Rouge à lèvres 2.50 €. Crayon à lèvres 3 €.

Si vous me suivez régulièrement vous savez, que récemment, j’ai dû faire face à une problématique capillaire : en me teignant en blond cendré, j’ai obtenu en prime une mine de déterrée. Au quotidien, la mine de déterrée, c’est difficile à assumer.

J’ai dû changer mon maquillage et faire des shampoings intempestifs pour retrouver un blond plus ou moins normal.

Je ne me maquille pas énormément, cependant je ne sors jamais sans maquillage. Je n’ai jamais investi dans des marques chères parce qu’un rouge à lèvres que j’aime bien ne me plaira plus quelques semaines plus tard.

Pour des tas de raisons.

Idem pour le fard à paupières.

Lorsque j’étais ado, j’étais passionnée par le maquillage, à tel point que je rêvais de me faire enfermer dans une grande surface pour essayer du rouge à lèvres, du vernis à ongles, des crèmes miracles. À la maison je testais des mixtures peu orthodoxes pour éradiquer mon acné persistante et je ne parle pas des masques à l’œuf, à l’huile de table (huile Lesieur pour être exacte) J’utilisais le maquillage de ma mère lorsqu’elle était au travail. Elle n’a jamais été dupe parce que je ne savais pas me démaquiller correctement. Un peu plus tard, avec mon argent de poche, j’ai acheté du maquillage Arcancil, Yves Rocher, Bourgeois, Miss Den… C’est à ce moment là que ma mère a commencé à me piquer mes affaires. Je forçais pas mal sur le maquillage, et mes profs d’anglais (les profs d’anglais n’ont jamais pu m’encadrer) ne se privaient pas pour me dire que je finirai mal.

Bref.

J’aimais  bien le blush Bourgeois, le blush dans sa petite boîte ronde parce que l’odeur me faisait craquer. Je n’ai jamais eu de problèmes d’allergie avec le maquillage bon marché. Le seul reproche que l’on puisse faire à ces marques, c’est le packaging, notamment celui du rouge à lèvres qui fait souvent un peu cheap, mais est-ce que l’on se maquille en société ?

Non, parce que ça fait mauvais genre.

Chez Babou, j’ai renouvelé récemment le blush, le rouge à lèvres, le mascara (4€) € et le fard à paupières (des teintes plus printanières que celles que j’avais déjà)  Leur rayon maquillage est assez grand. Ça vaut vraiment le coup d’y faire un tour et puis si on se trompe de teinte, ça ne porte pas à conséquence puisque les prix sont très bas.

On peut renouveler son maquillage souvent, plus obligé de conserver son mascara plus de six mois sous prétexte qu’il a coûté 35 €.

Plus besoin de rêver de se faire enfermer dans une grande surface !

J’ai aussi un nouveau tee-shirt ! Le tee-shirt homme fait partie de la coll 2016.

Tee-shirt Babou homme 4 €. Tee-shirt Babou femme 7 €.