Les petites maisons pour oiseaux et insectes.

bird house lamp Javi yonolotiraria

Je suis un peu déçue d’avoir laissé passer l’opportunité d’acheter une grande carte de géographie, vous savez celle que l’on trouvait dans les écoles? Une carte de géo pour 15 €, sachant qu’elles sont vendues 100 € à Paris. De plus ce magasin a fermé définitivement hier soir.

Cela dit, j’ai un autre projet déco ce week end.

J’espère qu’il va aboutir.

Je ne vais pas créer une lampe, mais j’ai envie de mettre en lumière les petites maisons pour oiseaux et la possibilité de les bidouiller en bird house lamp.

bird house lampe

Lampe à faire soi même

bird house Babou

Bird house deux étages. Babou.

Chez Babou la bird house à deux étages coûte 10 €.

Il suffit de percer la lampe par en dessous et d’introduire le dispositif pour la transformer en lampe. Je ne suis pas fan du rose, mais on peut peindre sa petite maison avec de la peinture acrylique que l’on trouve chez Babou pour 2 € le tube ou 3€ le grand tube. Chez Gifi le tube est vendu 7 €

Hôtels à insectes

Hôtels à insectes à partit de 8 €. Babou.

J’ai dû me documenter via plantes-et-jardin.com sur l’utilité des hôtels à insectes. Dans mon micro jardin j’ai des insectes à la belle saison puisque je n’utilise pas de produit chimique. Pour lutter contre les insectes nuisibles, il faut donc favoriser la présence des bons.

Il vaut mieux les héberger.

L’hôtel doit être disposé dans un coin reculé du jardin, au sud ou sud-est, afin que les insectes bénéficient de la chaleur du soleil matinal. Il doit être accroché à 30cm du sol, à l’abri des vents forts et des pluies.

Hôtel à insectes

Il se peut que vous n’avez pas de clients dans mon votre hôtel à insectes, qu’importe! La petite maison deviendra un joli élément de déco que les enfants apprécieront. Chez Babou on peut aussi acheter son outillage de jardinage et tout le dispositif nécessaire pour l’entretien des piscines.

Ci-dessous un hôtel à insectes réalisé à partir de palettes.

hôtel à insectes grand format

 

Que faire avec de vieux bidons industriels?

feta 1

Ma mère me disait souvent “Je ne sais pas de qui tu tiens” surtout lorsque je découpais les rideaux du salon pour en faire une tunique transparente.

Je ne tiens de personne, et même que je voue un intérêt aux vieux contenants.

Si je vous disais que j’ai du mal à jeter une bouteille de Yop parce que je la trouve jolie une fois débarrassée de son étiquette.

feta

Je sais que certains s’emparent de vieux bidons industriels pour en faire des trucs pas mal du tout, et j’ai demandé à mon frère, si, dans l’entreprise dans laquelle il bosse, il n’y avait pas de vieux bidons en métal qui ne servaient plus à rien. Il m’a répondu que ça ne lui viendrait jamais à l’idée de ramener un bidon de féta chez lui.

Mais il m’en a ramené deux, en me conseillant de bien les nettoyer, parce que ça sentait fort la brebis des alpages grecques.

BIDON

DIY bidons de féta made in Greek.

C’est que ses bidons Bêêêh! je leur ai tout de suite trouvé du potentiel. Je les ai peints en noir tout en prenant soin de ne pas peindre le liseré doré . J’ai aussi peint la poignée en noir, parce que le chic du bidon de féta, c’est sa poignée sur fond doré, surtout si elle est peinte en noir.

upcycling

que faire avec des bidons industriels

Je leur ai donné une nouvelle fonction: contenants pour ranger des chaussures.

J’aime bien le mixe du côté brut du métal peint et le côté plus sophistiqué (on va dire comme ça) du doré.

Tout ça pour 0 €! A part un peu de peinture.

Sinon j’aime aussi l’intégration de ces casiers Evian dans une déco colorée.

QUE FAIRE AVEC DE VIEUX CONTENANT

Le thème du flamant rose est tendance.

FLAMAND ROSE ILLUSTRATION

Le flamant rose est tendance et je ne le savais pas.

C’est en préparant cet article que je me suis aperçue que le thème du flamant rose s’affichait un peu partout, sur les coussins, sur les robes, sur les “teecheurtes” le linge de maison, et ça tombe bien parce que je vous présente des voilages avec un motif flamant rose.

RIDEAUX BABOU

RIDEAUX 1

Voilages Babou 15 €

En ce moment, je refais mon jardin et je suis à l’affût de ce qui pourrait lui donner le potentiel du passage de l’Ancre à Paris, alors je suis passée chez Babou parce que j’ai peur qu’une table de jardin ronde me passe sous le nez. En passant au rayon rideau, rayon qui est vraiment digne d’intérêt, d’ailleurs presque tous mes rideaux sont des rideaux Babou, j’ai flashé, pour vous, sur ces voilages vendus à 15 € seulement!

RIDEAUX

Mes photos ont compensé ma frustration de vouloir payer une partie de mes achats avec mon bon d’achat Babou, mais en arrivant à la caisse, je me suis rendue compte que je ne l’avais plus. Il avait dû tomber sur le sol du magasin lorsque j’ai sorti ma phablette de mon sac, pour photographier les voilages. Les deux filles qui étaient derrière moi et qui attendaient leur tour ont déposé sur la caisse une paire de sabots de jardin.

Et un bon d’achat.

Le mien donc.

Je l’ai reconnu à son coin corné, en haut à droite, coin que je n’avais pas voulu lisser avant de le mettre dans mon sac.

En ce moment, c’est -50% sur le second article, issu du même rayon et c’est jusqu’au 3 mai.

FLAMAND ROSE

 

C’était fort en piment. C’était fort en sel.

tableta-pollock-510x652Packaging Unelefante chocolate.

Tout le monde, ou presque, sait faire sa crème au chocolat. C’est tellement simplissime. Avant j’achetais de la Danette, mais ça c’était avant. Pour mon un jour sans gluten par semaine, j’ai fait une crème au chocolat/piment d’espelette. C’est intéressant de faire sa crème au chocolat parce que le sucre arrive en avant dernière position, juste avant le piment. Alors que dans une crème au chocolat indus, il arrive souvent en première position et dans une recette maison, il n’y a pas d’épaississant( valorisation industrielle) ni de colorants (valorisation industrielle)

Et surtout! surtout, il y a du chocolat!

Beaucoup de chocolat.

Unelefante-Chocolate-Packaging-Mexico-A

Sur le coup, je n’ai pas réalisé que je faisais une recette pour six personnes. Lorsque j’ai vu tous mes petits pots de crème au chocolat alignés sur ma table, je me suis demandé comment j’allais manger tout ça.

Si c’était pas abusé.

Ma crème au chocolat/piment d’espelette, elle attaquait dès la première cuillerée. Je me suis dit ” Oh putain! c’est fort en piment.” Mais c’est qu’on s’y fait. Cette crème c’est une dinguerie.

Je suis restée comme deux ronds de flan avec mes 6 blancs d’oeufs. Aussi dès le lendemain j’ai fait un financier/coco. Avec de la farine de blé semi complète bio.

Donc du gluten.

La seconde recette gluten free: Muffins au saumon. Une recette très prometteuse. Sauf que, le poisson je ne l’aime qu’avec des agrumes ou en brandade. Je ne mange plus de viande depuis presque quatre mois, à cause des images de souffrance animale que j’ai vu cet hiver et puis franchement depuis que je sais que ce n’est pas du boeuf mais de la vache laitière en fin de vie…

Bref, j’ai jeté presque la moitié de mes muffins, moi qui ne jette jamais de nourriture.

fish

La semaine suivante, j’ai tenté le risotto à la mimolette. Je n’avais jamais mangé de mimolette.

C’était fort en sel! Plus de 2 grammes de sel pour 100 grammes de mimolette. Le fromage qui flingue le système immunitaire. Cette recette n’était pas mauvaise mais elle n’était pas appétissante. Il me faut des recettes appétissantes au cas ou, si je perds à nouveau l’odorat, que je puisse au moins m’appuyer sur le visuel du plat.

J’ai fait mon premier clafoutis aux framboises.

Sans gluten.

Lorsque j’ai enfourné le claf, il était vraiment mignon . Lorsque j’ai ouvert le four, ça sentait vachement bon. Mais j’ai raté ma recette! Le claf s’est effondré lorsque j’ai coupé ma première part. Trop liquide. Froid c’était un peu comme manger une barre en bois acide.

Si vous voyez ce que je veux dire.

Non, pas vraiment?

Vous me direz que pour mon jour sans gluten, je pourrais manger une soupe et une pomme, comme ça j’aurais au moins quelque chose dans le ventre?

Certes.

Mais dans l’hypothèse ou je devrais me nourrir “Gluten free” je ne pourrais pas me contenter d’une soupe et d’une pomme tous les jours.

Je pense donc, que le challenge “un jour sans gluten” peut être intéressant.

Lavieenrouge a dix ans!

Lavieenrouge collageLe premier logo de Lavieenrouge.

Voilà j’ai accompli mon projet: Ecrire un blog pendant dix ans pi.

Twitter, Facebook, Pinterest, Instagram n’existaient pas en France, lorsque j’ai commencé à écrire.

Je n’ai jamais voulu avoir un blog. C’est un hasard si j’ai créé Lavieenrouge. A cette époque j’avais un projet à la con et je voulais juste savoir comment procéder pour insérer une image, parce que dans mon projet à la con, il était question de la création d’un site. Je lisais Elle.fr et je savais que le magazine avait une plateforme pour éditer des blogs. C’était un moyen pour combler mes lacunes de geek. Je ne sais même pas si ce terme existait. En 2006, les journalistes présentaient les blogueurs comme des gens qui racontaient leur vie, un peu comme dans un journal intime et ils disaient que tout ça n’allait pas durer. L’ex de Carla Bruni, Raphaël Enthoven, qui se dit philosophe, avait tenté de nous faire comprendre l’émergence des blogs en analysant le blogueur comme un narcissique. Depuis Raphaël à un blog.

Les blogs ont été pour la plupart, et dès le début, bien plus que des journaux intimes.

La fille qui venait de créer le dernier blog  sur ELLE.fr avait baptisé le sien: La Vie En Rose. Du coup, j’ai nommé le mien La Vie En Rouge, d’autant que je m’habillais toujours en rouge. Plus tard, La Vie En Rouge est devenu Lavieenrouge, puisque je vois l’orthographe de tous les mots que je prononce. Je voulais que s’imprime un nom différent dans mon mental.

Sur ce blog que je venais de créer à l’emporte pièce, il n’était pas question d’écrire des articles, et puis écrire quoi? Même dans mes journaux intimes j’avais du mal à exprimer mon chagrin, mes tourments et surtout mon libre arbitre. A cette époque j’étais très manipulable.

Et puis j’ai raconté un évènement que j’avais toujours caché: L’aventure de mon permis de conduire.  En rédigeant cet article je me suis bien amusée parce que finalement les pires choses peuvent devenir d’excellents souvenirs. Deux journalistes qui bossaient pour ELLE m’ont fait savoir, via les commentaires, qu’elles avaient vraiment beaucoup aimé cette histoire. A partir de ce moment là, je me suis dit “je tente l’aventure pour dix ans”. Pourquoi? Parce qu’en dix ans de golf, j’avais vécu des choses que je n’avais pas imaginé. Aujourd’hui je peux aller jouer partout dans le monde et je sais que j’aurais le respect de mes partenaires. J’ai appris à produire un jeu correct et à me maîtriser, donc je me suis dit que j’allais peut-être vivre avec mon blog des choses inimaginables.

Un an plus tard, je suis passée sur la plateforme Overblog, bien que la plateforme qui concentrait le plus de blogueuses influentes c’était Hautetfort. Mais le design sur Hautetfort était à chier. Ma ligne éditoriale c’était l’art, le graffiti, le design, les petites histoires. C’est à ce moment là, que j’ai découvert un monde de femmes. Je me suis toujours méfiée des femmes parce que j’avais toujours entendu dire chez moi, que les femmes c’étaient toutes des garces. Comme quoi les paroles toxiques… Les blogueuses que je lisais, écrivaient mieux que moi. Comme Garance Doré, Violette, Deedee, Géraldine. D’une façon générale je trouvais qu’elles faisaient tout mieux que moi mais j’avais un point fort, je connaissais très bien mon sujet concernant tout ce qui se rapporte à l’art. Je lisais le blog de Princesse Audrey, un blog rédigé par une lycéenne pas très heureuse dans sa famille et qui bossait le week end pour s’acheter des vêtements de luxe. Elle écrivait très bien. Parfois aussi elle devenait détestable. Je l’ai suivi pendant trois ou quatre ans, le temps qu’elle devienne prof de français et qu’elle se fasse lapider par les autres blogueuses. Le succès suscite la jalousie. C’est un blog qui me manque. A cette époque on pouvait commencer à gagner de l’argent avec son blog, mais on écrivait pour le plaisir.

J’ai quitté Overblog pour WordPress parce que je voulais un design plus pro. J’ai passé tout un mois de juillet à déménager mon blog. Sur WordPress, je me sentais un peu plus isolée, il n’y avait pas une communauté aussi active que sur Overblog ou sur Hautetfort. De plus, je ne pouvais jamais me rendre aux invitations presse qui se déroulaient à Paris. J’avais vraiment l’impression de rater quelque chose.

Lavieenrouge graffiti

Comme j’étais passionnée de design, mes blogs préférés c’étaient Cube Me, Cosca Blog, Trendy Girl. Des blogs qui n’existent plus. J’étais fascinée par tout ce qui se passait dans le design. Petit à petit je suis devenue blankable et j’ai ouvert d’autres blogs, dont un sur les chaussures. Je n’y connaissais rien et je rédigeais des articles sur les chaussures moches. C’est à ce moment là que j’ai été remarqué par Spartoo. J’avoue que cette période n’était pas une période sympa, je n’aimais pas ma vie, mais sans le savoir, j’étais en formation. Ne dit-on pas que c’est par la répétition que l’on arrive à une certaine maîtrise?

Il y avait pas mal de pression, parce que pour être bankable il fallait produire, produire, produire du contenu au détriment de la qualité. Dans mes articles, je ne donnais plus mon avis. Je me confinais à être aussi neutre que possible comme tout le monde et je n’aimais plus avoir de commentaires sur mon blog pour ne pas a avoir à gérer des conflits. Je voulais être tranquille. Je détestais Twitter. Je n’allais jamais sur Facebook. Je me demandais comment on pouvait passer autant de temps à lire des messages sur les réseaux sociaux alors qu’il était tellement plus agréable de rencontrer de vrais gens pour avoir de vraies relations. J’ai créé le concept Mes Nuits Design et je crois que c’est à ce moment là que j’ai réellement pris en compte mon potentiel relationnel. Au même moment, Google nous pénalisait si on avait créé du contenu pour des marques. On a pratiquement tous perdu de 40 à 80% de nos visiteurs. A ce moment là, beaucoup de blogueurs ont laissé tomber.

Moi pas, puisque je m’étais fixée ce but: écrire pendant dix ans. Mais attention, ça n’a jamais été une corvée! c’est devenu un style de vie. J’ai appris un nouveau métier, la communication digitale, métier qui est enseigné aujourd’hui dans des cursus d’études supérieures.

Il y a deux ou trois ans j’ai abandonné mes autres blogs et je me suis concentrée sur Lavieenrouge.

Lavieenrouge, je l’ai protégé comme si c’était mon enfant. C’est mon enfant d’une certaine façon. Un enfant qui a dix ans aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle je me suis tenue en dehors des polémiques et des clash 2.0.

Lavieenrouge

J’ai toujours eu besoin de rédiger des articles à un rythme assez soutenu. Tous mes articles ne sont pas intéressants. Peu importe. J’ai besoin d’écrire et c’est en écrivant que j’arrive à me recentrer sur mon essentiel.

Grâce à cette aventure j’ai vécu des choses extraordinaires. Des choses que l’on imagine lorsque l’on est petite. D’une certaine façon j’ai pu prendre une revanche sur mon enfance nauséabonde. J’ai fait la connaissance de personnes adorables. Certaines sont devenues des amies et d’autres de précieuses collaboratrices. L’année dernière, j’ai pu compter sur de fidèles lectrices pour m’encourager, en off, lors d’une expérience que je menais avec pas mal de difficultés. Pendant ces dix ans, j’ai pris confiance en moi. Je me suis rendue compte que je méritais mieux que d’être une demi personne. Plutôt que de me fondre dans un couple, j’ai préféré aller à ma rencontre. En décembre dernier j’ai fait une découverte sur ma génétique. Désormais plus rien ne sera comme avant. Je n’ai plus de temps à perdre. A la rentrée j’aurais le statut d’écrivain. Sur un blog on ne peut pas tout dire. J’ai dans mon back office pas moins de 267 articles que je n’ose pas publier. Cependant Lavieenrouge m’a permis de vivre une vie plus en accord avec ce que j’avais prévu lorsque j’étais petite. Petite je comptais sur moi pour ne pas me trahir.

Alors et maintenant?

Je ne vous le cache pas que durant ces derniers jours je me suis posée la question “j’arrête ou pas?” Mon blog est en bonne santé est-ce vraiment le moment d’arrêter? Ai-je vraiment donné le meilleur de moi même? Il y a quelques années grâce a un article sur Lavieenrouge, un fils à retrouvé son père, un père qu’il n’avait jamais connu. C’était le jour de la veille de Noël et moi j’étais triste et grippée au fond de mon lit. Quelle belle nouvelle!  Je sais aussi que des lectrices ou des lecteurs qui ont eu des problèmes de santé, ou vécu des périodes difficiles, ont trouvé un réconfort en me lisant. Je sais aussi qu’Alexane, que je connais dans la vraie vie, serait déçue si j’arrêtais d’écrire. Alors j’ai décidé de ne pas arrêter Lavieenrouge. Finalement c’est ce que j’ai fait de mieux jusqu’à présent, même si je suis passée à une autre forme d’écriture.

Je ne me donne plus dix ans, ni même cinq ans. Ni même un an.

On verra.

Sans lecteur Lavieenrouge n’existerait pas, alors merci à vous!

Merci du fond du coe